Bio-bibliographie :

 

Nicolas Raljevic est né à Argenteuil en 1963. Enseignant de lettres en lycée professionnel dans la région parisienne depuis une vingtaine d'années, il a traduit de nombreuses pièces de théâtre de Croatie parmi lesquelles :

 

2011 :

 

Messieurs les Glembay de Miroslav Krleža (1928).

Cette traduction a été présentée – partiellement – en octobre 2012 par des acteurs de la Comédie française au Caroussel du Louvre lors d'une lecture publique à l'occasion du festival « Croatie, la voici ». Traduction publiée en 2017 aux éditions Prozor.

 

 

2012 :

Un yacht américain dans le port de Split de Milan Begović (1929). Traduction publiée en 2017 aux éditions Prozor. 

Léda de Miroslav Krleža (1929).

Un camp croate en Galicie de Miroslav Krleža (1920-1964).

 

 

2013 :

 

Golgotha de Miroslav Krleža (1922). Traduction publiée en 2018 aux éditions Prozor.

Kamov – thanatographie d'un jeune poète croate de Slobodan Šnajder (1977). Traduction publiée en 2017 dans Le Fantôme de la liberté, éditions Durieux, Zagreb, et THEATROOM, Paris. Traduction publiée en 2019 aux éditions Prozor.

 

 

2014 :

 

La mort de Gogol d'Ulderiko Donadini (1921).

Vois, comment le jour commence de Zvonimir Bajsić (1974).

Le fils de personne de Mate Matišić (2006).

La tragédie des cerveaux de Janko Polić Kamov (1906). Traduction publiée en 2017 dans Le Fantôme de la liberté, éditions Durieux, Zagreb, et THEATROOM, Paris.

Le cœur de maman de Janko Polić Kamov (1910).

 

 

2015 :

 

Devant la mort de Fran Galović (1913).

Nora, aujourd'hui de Miro Gavran (2005). Traduction publiée en 2019 aux éditions Prozor.

Blanc de Dubravko Mihanović (1998). Traduction publiée en 2019 aux éditions Prozor.

Comment New-York a accueilli le Christ d'Ivan Raos (1955).

Le retour de Srgjan Tucić (1907). Traduction publiée en 2019 aux éditions Prozor.

La trilogie de Dubrovnik d'Ivo Vojnović (1900-1909). Traduction publiée en 2017 aux éditions Prozor.

L'hérétique d'Ivan Supek (1956).

J'ai tué Petar de Vojislav Kuzmanović (1958).

Vučjak de Miroslav Krleža (1923-1953).

Les grandes oreilles de Pavo Marinković (1989).

 

 

2016 :

 

L'homme juste de Mirko Božić (1950).

Tu ne peux pas échapper au dimanche de Tena Štivičić (2009).

Skup, la comédie de l'avare de Marin Držić (1550). Traduction publiée en 2019 par la Maison Marin Držić de Dubrovnik et par les éditions Prozor.

À l'arrière de Miroslav Feldman (1938).

Les invisibles de Tena Štivičić (2011).

Le palais de Dioclétien d'Antun Šoljan (1969).

Héraclès de Marijan Matković (1957).

La Tempête de Pero Budak (1952).

La petite place de Milan Grgić (1968).

 

 

2017 :

Ecce homo de Tito Strozzi (1935). Traduction publiée en 2018 aux éditions Prozor.

L'albatros de Ranko Marinković (1939).

Tout passe de Dubravko Mihanović (2012). Traduction publiée en 2019 aux éditions Prozor.

L'homme de Dieu de Milan Begović (1924).

La montagne d'Antun Šoljan (1964).

Venus victrix de Milan Begović (1905). Traduction publiée en 2017 aux éditions Prozor.

Dundo Maroje de Marin Držić (1551).

Jeu à deux de Tito Strozzi (1956). Traduction publiée en 2018 aux éditions Prozor.

 

 

2018 :

 

Le tigre de Marijan Matković (1967).

Klara Dombrovska de Josip Kulundžić (1955).

Une histoire de la rue de Geno R. Senečić (1936).

Le mariage politique de Fadil Hadžċ (1968).

Iphigénie de Lana Šarić (2005).

À propos de Tintor, de Pepek, d'Anđela et de moi de Duško Roksandić (1966).

Minuit de Josip Kulunžić (1921). Traduction publiée en 2019 aux éditions Prozor.

Secrets d'affaires de Kalman Mesarić (1935).

Bovary, un cas d'exaltation de Ivana Sajko (2016).

Le Scorpion de Josip Kulundžić (1926). Traduction publiée en 2019 aux éditions Prozor.

Golgotha de Srgjan Tucić (1913). Traduction publiée en 2019 aux éditions Prozor.

Le chien enragé de Ahmed Muradbegović (1926)

2019 :

Le maître des ombres, Dubravko Jelačić Bužimski (1978).

Les Désespérateurs (première pièce des Jongleurs cosmiques), Kalman Mesarić (1922)

Chacun de tes anniversaires, Miro Gavran (2018)

À l'agonie, Miroslav Krleža (1928).

Une dose quotidienne de masochisme, Dina Vukelić (2017).

La Démission, Čedo Prica (1986).

Le Donneur d'organes, Branko Ružić (2017).

Gloria, Ranko Marinković (1955).

Sur une île atomique, Ivan Supek (1959).

L'histoire de Lucia, Branko Ružić (2009).

 

LE TROISIÈME BUREAU et L'EURODRAM de LA MAISON DE L'EUROPE ET DE L'ORIENT ont reçu toutes ces pièces et on peut se les procurer auprès d'eux.